Votre chien ne peut pas s'asseoir correctement, ne veut pas se promener comme avant ou montre des signes de douleur en se levant? N'ignorez pas ces signes, il pourrait s'agir du syndrome de la queue de cheval chez le chien.

Prenez note des principaux symptômes de cette maladie, des traitements les plus courants et des conseils pour la prévenir ou la soulager.

Qu'est-ce que la queue de cheval chez le chien?

Le syndrome de la queue de cheval ou sténose dégénérative lombo-sacrée est un trouble dégénératif affectant les vertèbres lombaires et sacrées, qui sont les plus proches de la queue. Le rétrécissement du canal rachidien entre le L7-S9 comprime les racines nerveuses dans le segment distal de la moelle épinière, provoquant des douleurs et des difficultés à se déplacer normalement, et peut éventuellement conduire à une hernie discale.

Ce syndrome affecte particulièrement le chiens âgés Il est plus fréquent chez les individus de race moyenne et grande (en particulier les bergers allemands, les boxeurs et les rottweilers), bien que les petits chiens puissent également l'avoir. Cette condition réduit la mobilité des chiens affectés et leur qualité de vie.

Causes de la cause équine

L'un des premiers symptômes qui devrait nous mettre en alerte est lorsque nous voyons que le chien a de plus en plus de difficultés à rejoindre la position de repos. De plus, un chien avec des problèmes de queue de cheval présentera les signes suivants:

  1. Apathie et intolérance à l'exercice physique
  2. Boiterie unilatérale ou bilatérale (sur une ou les deux jambes) des membres postérieurs, qui peut être intermittente.
  3. Incontinence fécale et / ou urinaire.
  4. Douleur dans la région lombo-crale, pouvant entraîner des changements de caractère et des problèmes d'agressivité.
  5. Faiblesse ou paralysie de la queue et / ou de la région pelvienne, pouvant entraîner une dystrophie musculaire.

La vérité est qu'il existe de nombreuses causes qui peuvent provoquer l'apparition de ce syndrome. Plusieurs fois, cela est dû à des anomalies congénitales qui surviennent dès la naissance, mais aussi peut être une condition acquise à la suite d'une fracture ou d'une luxation. Les chiens atteints de dysplasie de la hanche, par exemple, peuvent développer des problèmes de ce type dans la partie distale de la colonne vertébrale.

Les signes cliniques de la maladie apparaissent espacés dans le temps et ne sont souvent pas perçus dans le temps par le propriétaire, ils deviennent donc chroniques avec le temps et sont appréciés une fois qu'ils ont atteint un stade avancé. Par exemple, dans la vieillesse, il est courant de l'attribuer à la spondylose, qui est la formation d'éperons osseux sur les vertèbres, ou à la présence de tumeurs ou d'infections.

Diagnostic et traitement de la queue de cheval

Afin de traiter correctement la queue de cheval chez le chien, il est important que le vétérinaire pose un diagnostic précis permettant de savoir ce qui cause ce syndrome et exclure qu'il s'agit d'autres pathologies présentant des symptômes similaires, comme la dysplasie. De plus, vous devrez tenir compte de l'âge du chien et de la gravité des symptômes.

Pour le diagnostic de la queue de cheval, un examen physique initial et un profil biochimique complet comprenant une analyse d'urine et de sang doivent être effectués en premier, puis des tests d'imagerie diagnostique, tels que des radiographies, un scanner ou une IRM, pour savoir où se situer exactement la blessure.

Une fois le diagnostic de queue de cheval posé, un traitement doit être appliqué pour réduire l'inflammation au moyen de administration d'anti-inflammatoires et d'analgésiques pour soulager la douleur. Dans les cas les plus graves où seul le traitement médical ne fonctionne pas, une intervention chirurgicale peut être choisie pour décompresser les racines nerveuses touchées.

Conseils pour la prévenir ou l'atténuer

Pour atténuer le syndrome de la queue de cheval chez le chien, il est essentiel de toujours suivre les recommandations du vétérinaire; Vous devez être rigoureux avec les médicaments et les bilans de santé.

Dans les cas où le chien ne peut pas retrouver sa mobilité, l'utilisation de chondroprotecteurs peut être d'une grande aide pour lui offrir la meilleure qualité de vie possible. La physiothérapie, la rééducation, l'acupuncture ou l'utilisation d'équipement orthopédique pour faciliter la mobilité (comme des chaises ou des harnais) fonctionnent également très bien, donc vous devriez obtenir des conseils et trouver un bon spécialiste dans votre région. De cette façon, malgré ce problème, vous pouvez grandement améliorer la qualité de vie de votre animal.

D'autre part, empêchez votre animal de jouer brutalement, de sauter et de courir. Assurez-vous qu'il reçoive une alimentation adéquate afin qu'il n'ait pas de problèmes d'obésité, sinon, sa condition physique pourrait être aggravée, ce que nous voulons éviter à tout prix.

S'il y a quelque chose dont vous devez tenir compte, c'est que la détection précoce sera la clé pour pouvoir contrôler ce problème dégénératif. C'est pourquoi vous devez faire attention à tous les symptômes qui apparaissent et n'hésitez pas à les emmener chez le vétérinaire si vous observez l'un de ces signes, de cette manière, il sera plus facile d'arrêter ou d'atténuer les effets de cette maladie.

Sources consultées:
Tarragó, A. Cauda equina, prêle. Syndrome ou instabilité de compression lombo-sacrée. Clinique vétérinaire de la Sagrada Familia.
Casals, E.E. L'échographie privée à ultrasons: les applications les plus fréquentes. Les claudications les plus courantes chez les chiens. Association espagnole des spécialistes vétérinaires en imagerie diagnostique (AEVEDI).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here