Après s'être évanoui d'épuisement lors d'un test de tir et de résistance, un cheval est devenu l'actualité sur les principaux portails en ligne et dans les journaux espagnols. La triste scène vient de relancer une discussion nécessaire sur la portée et les limites de la protection du chalutage En Espagne.

À l’heure de l’avancée mondiale du mouvement animaliste, quel état sont les animaux traditionnellement utilisés pour des tâches physiques difficilesVous aimez les chevaux et les bœufs dans les champs productifs?

En pratique, le concept actuel de maltraitance envers les animaux, les actions et initiatives menées en Espagne ne sont pas encore efficaces pour garantir le bien-être de ces espèces.

Ensuite, Nous passerons brièvement en revue la législation espagnole sur la protection et la lutte contre les abus envers les animaux. Notre objectif est de comprendre dans quelle mesure nous avons progressé dans la protection du bien-être des animaux et quels sont les défis futurs lorsque nous parlons de chalutiers.

Loi espagnole et protection des chalutiers

L'Espagne n'a pas une seule réglementation nationale en matière de protection des animaux. Bien que le Code pénal espagnol traite de la maltraitance des animaux, aucune loi-cadre n’établit de directives générales pour lutter contre les actes de violence, l’exploitation et l’abandon des animaux domestiques, sauvages et «d’élevage».

Avec lui, Chaque communauté autonome dispose de l'autonomie nécessaire pour approuver ses ordonnances visant à prévenir les abus envers les animaux et à imposer des sanctions à ceux qui violent ses décisions.. En effet, sur le territoire espagnol, il est possible de trouver des réglementations et des sanctions très différentes les unes des autres, avec des amendes allant de 1 000 à 2 000 euros, voire de 2 000 euros à 30 000 euros.

De même, après la ratification de la Convention européenne sur la protection des animaux domestiques, l'État espagnol s'est engagé à promouvoir des politiques publiques plus efficaces pour promouvoir un régime d'occupation et un contrôle responsables de la surpopulation des rues; également pour le contrôle des abus et l'abandon des animaux domestiques.

Violence envers les animaux dans le code pénal espagnol et son champ d'application limité

Le principal texte juridique sur les abus envers les animaux en Espagne se trouve dans le code pénal, plus précisément dans les articles 334 à 337. D'une part, L'article 334.1 parle de la protection de la faune sauvage protégée ou menacée d'extinction, infligeant un emprisonnement de six mois à deux ans à ceux qui:

«(…) Lois ou dispositions contraires de caractère général:

  1. a) Chasser, pêcher, acquérir, posséder ou détruire des espèces fauniques protégées;

  2. b) Trafic avec eux de leurs parties ou de leurs dérivés; ou

  3. c) Effectuer des activités qui empêchent ou entravent leur reproduction et leur migration. "

Les peines pour abus

À son tour, l'article controversé 337.1 détermine les conséquences pénales applicables à la maltraitance des animaux, réglementant la peine pouvant aller jusqu'à un an de prison, en plus de la possibilité d'une interdiction spéciale, à quiconque:

«(…) Par quelque moyen ou procédure que ce soit, maltraitez injustement, causant des blessures qui portent gravement atteinte à votre santé ou vous exposez à l'exploitation sexuelle de:

  1. a) un animal domestique ou apprivoisé,

  2. b) un animal dont ils sont généralement domestiqués,

  3. c) un animal qui vit de façon temporaire ou permanente sous le contrôle de l'homme, ou

  4. d) tout animal qui ne vit pas dans la nature. "

En lisant ces articles, il n’est pas difficile de comprendre les raisons pour lesquelles les chalutiers, ainsi que les animaux sauvages et les animaux d’élevage, restent dans un état de vulnérabilité. Il suffit de jeter un regard superficiel sur ces lignes pour percevoir que son champ d'application est limité aux animaux de compagnie et à la faune protégés par la loi en Espagne.

Même la récente proposition d’approuver une personnalité juridique spéciale pour les animaux dans le Code civil (qui continue de traiter les animaux comme des «biens meubles») est limitée aux animaux de compagnie. en laissant de côté les milliers d'espèces exploitées quotidiennement dans les champs de production et dans l'industrie alimentaire.

En résumé…

Bien que les avancées des dernières décennies dans la lutte contre la maltraitance et la négligence envers les animaux soient indéniables, nous avons toujours le grand défi d'étendre la protection juridique aux chalutiers; En bref, à toutes les espèces qui ont besoin de conditions de bien-être minimales garanties dans leur vie quotidienne.

Pour ce faire, il est clair que il faudra dénaturer l'exploitation physique et émotionnelle de certaines espèces; Il sera nécessaire de dissocier les traditions culturelles du domaine juridique pour continuer à faire progresser le droit des animaux en Espagne.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here