Ce dinosaure a une crinière flamboyante et d'étranges côtes latérales. Aucun autre animal n'est connu avec ces caractéristiques.

Ubirajara jubatus : le dinosaure à crinière

Dernière mise à jour: 19 juillet 2021

Aujourd'hui, de nombreux oiseaux ont des structures frappantes et complexes, qui jouent un rôle important dans le comportement social et reproductif, ainsi que dans la communication. Le sac gulaire rouge des frégates pélagiques (Frégate mineure) ou les plumes de paons (Pavo cristatus) en sont des exemples clairs.

Ces structures sont coûteuses à produire, à entretenir ou à utiliser. De plus, ils peuvent rendre la vie de l'animal difficile dans une certaine mesure. Ainsi, ils servent de un signe honnête de la qualité de la personne qui les porte et ils sont largement utilisés comme systèmes de sélection de partenaires dans le monde animal.

Cependant, ces structures n'avaient guère été trouvées chez les dinosaures, du moins jusqu'à récemment. Une enquête récente et controversée dévoilée Ubirajara jubatus, un prédateur qui les montre fièrement. Ici, on vous dit tout sur lui.

Caractéristiques de l'Ubirajara jubatus

Ubirajara jubatus c'est une sorte de compsognathide, une famille de théropodes dont les membres les plus célèbres sont Compsognathus Oui Sinosauroptéryx. En tant que tel, c'est un dinosaure relativement petit : il ne mesurait que 0,5 mètre de haut et 1,40 mètre de long, queue comprise.

Comme le reste des compsognathidés, ce dinosaure était bipède. Il avait des pattes postérieures longues et puissantes, conçues pour courir. La queue était extrêmement longue, plus longue que tout le reste du corps réuni.

Les pattes avant étaient courtes, mais pas au point de celles d'un tyrannosaure. Ces animaux aujourd'hui disparus portaient 3 longs doigts terminés par des griffes. Le cou était également assez allongé et la tête était petite, mince et effilée.

Plumes et autres looks décalés

Les aspects les plus frappants de l'ancien reptile étaient à l'extérieur. Ubirajara jubatus il était entièrement recouvert de plumes archaïques, semblable à un oiseau moderne. Parfois appelle proto-plumes, ces structures étaient filamenteuses, ressemblant plus à des cheveux de loin.

Malgré cela, ces proto-plumes n'ont rien à voir avec de vrais poils, qui n'apparaissent que chez les mammifères. Les bras et les doigts de l'animal en étaient également recouverts, mais ils ne portaient pas de plumes développées. Cela se produit chez les dromaeosauridés, les oiseaux et d'autres types de dinosaures ailés.

Les filaments étaient particulièrement longs derrière la base du cou, descendant le long du dos de l'animal. Cela formait une crinière impressionnante qui pouvait être pliée ou hérissée, grâce aux muscles superficiels.

Cette crinière est unique parmi les dinosaures, mais Ubirajara jubatus il a une caractéristique encore plus étrange : une paire de structures solides situées sur chaque épaule. La partie supérieure mesurait environ 15 centimètres de long et 4,5 millimètres de large. L'inférieur, 14 centimètres de long et 2,5 millimètres de large.

Ces "tiges" partaient du même point sur chaque épaule. Il est possible qu'elles se contractent et se déploient à volonté. Ainsi, ils pourraient jouer un rôle important dans la communication sociale et la reproduction du compsognathidé.

Jusqu'au moment, aucune structure similaire n'a été trouvée dans d'autres formes de vie. Les auteurs de l'étude, publiée dans Recherche sur le Crétacé en 2020, ils désignent l'oiseau de paradis de Wallace (Semioptera wallacii) comme le cas le plus similaire.

Découverte et controverse derrière Ubirajara jubatus

Ubirajara jubatus vivait dans le Brésil actuel, il y a environ 110 à 120 millions d'années. Le fossile a été trouvé dans le nord-est de ce pays, probablement par un ouvrier des carrières de calcaire de la région. Après ça, Il a été acquis par des chercheurs européens en 1995 et transporté dans une collection en Allemagne.

Dans cette dernière étape réside un problème grave, qui a soulevé la controverse et a conduit au retrait de l'article de la revue scientifique qui l'a publié. Selon la loi brésilienne, les fossiles du pays sont publics. Sa vente à d'autres pays est illégale depuis 1942.

Cette loi a vu le jour pour lutter contre l'exportation excessive de fossiles vers l'Europe ou l'Amérique du Nord, qui prive les paléontologues brésiliens de la possibilité de les étudier et de faire leurs propres découvertes. De plus, cela prive le Brésil et d'autres pays similaires de maintenir leur propre patrimoine paléontologique.

Toutefois, un marché noir profond retire des fossiles du pays depuis des décennies. Ces reliques passent généralement entre les mains de paléontologues des pays du Premier Monde, qui publient leurs découvertes sans compter sur les professionnels brésiliens. Les fossiles ne retournent jamais dans leur pays d'origine.

La réponse des auteurs

L'équipe à l'origine de la découverte de Ubirajara s'assure que le fossile a été obtenu sous autorisation officielle, mais les scientifiques et les institutions brésiliennes le remettent en question. Pour eux, cette situation est très fréquente et bien connue. Ils demandent qu'une enquête soit ouverte sur cette affaire et que les fossiles illégaux soient restitués.

Notamment, l'un des paléontologues à l'origine de la découverte, Dave Martill, est contre les lois brésiliennes. Ces lois sont conçues pour éliminer la longue histoire du colonialisme scientifique, mais à son avis, elles sont trop strictes et entravent la science.

Selon Martill, l'achat de fossiles les sécurise pour une étude scientifique. Cet auteur a été impliqué dans d'autres scandales similaires, impliquant des fossiles d'origine douteuse. En outre, il a été accusé d'avoir évité de collaborer avec des paléontologues brésiliens.

Ubirajara symbolise le meilleur et le pire de la science. D'une part, c'est une découverte fascinante qui permet de reconstituer l'histoire évolutive de la planète. D'autre part, il illustre les pratiques contraires à l'éthique utilisées en son nom.

Cela pourrait vous intéresser…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here