La respiration trachéale chez les animaux est celle utilisée par les petits animaux comme les insectes pour effectuer l'échange de gaz (oxygène et dioxyde de carbone) qui leur permet de vivre. Voyons ce que c'est et comment cela fonctionne.

Respiration trachéale chez les animaux

Dernière mise à jour: 01 juillet 2021

L'acte de respirer est quelque chose que tous les êtres vivants partagent, puisque cet échange de gaz entre l'environnement et le corps lui-même permet la vie. En parlant de respiration, plusieurs types peuvent être différenciés, certains très éloignés du mécanisme pulmonaire typique. Par exemple, vous pouvez mentionner respiration trachéale chez les animaux.

Ce type de respiration est mal connu et, néanmoins, c'est l'un des plus répandus dans le règne animal, puisque c'est celui utilisé par les insectes (parmi d'autres invertébrés). Il est typique des très petits animaux, car il a ses limites. Voyons en quoi consiste ce système respiratoire, ainsi que les pièces qui le composent.

Qu'est-ce que la respiration trachéale chez les animaux?

La respiration trachéale chez les animaux est effectuée par diverses ouvertures trouvé dans votre corps. Ceux qui la pratiquent n'ont pas un grand système respiratoire, comme c'est le cas lors de la respiration pulmonaire, mais la respiration peut être effectuée dans tout leur corps. Cela offre un grand avantage, car cela facilite grandement l'arrivée d'oxygène à toutes les cellules du corps.

Lorsqu'il s'agit de petits invertébrés ou de ceux qui sont à une période de faible activité où le besoin en oxygène est meilleur, il entrera dans le corps de l'animal par sa peau par diffusion. Le mécanisme est considéré comme un système passif.

Au contraire, si l'invertébré est gros ou a besoin de plus d'air (par exemple, en vol), l'animal devra ventiler pour que l'air passe dans son corps par les stigmates (pores) présents dans sa peau. Ce système est actif, contrairement au précédent.

Système respiratoire trachéal chez les animaux

Pour mieux comprendre le système respiratoire trachéal chez l'animal, l'idéal est connaître les 3 éléments fondamentaux qui le composent et sa mission ou son fonctionnement. Les premiers sont les stigmates – également appelés stigmates – des pores ronds qui ont plus d'un système de fermeture et peuvent être répartis dans le corps de différentes manières. Grâce à eux, l'air pénètre dans le corps.

L'élément suivant est la trachée, qui consiste en un tube creux à travers lequel passe l'air. Toute la trachée a un tissu perméable aux gaz et peut avoir de petites chambres dans lesquelles stocker l'oxygène, quelque chose de vraiment utile pour le vol. Enfin, l'air traverse la trachée jusqu'à son extrémité, d'où naissent les trachées, fines branches qui permettent aux gaz d'être transportés vers les cellules du corps.

Échanges gazeux dans la respiration trachéale

La respiration des arthropodes à trachée, parmi lesquels les insectes, c'est un mécanisme discontinu dans de nombreux cas. Cela implique que les pores à travers lesquels ces êtres respirent soient fermés, de sorte que seul l'air qui se trouve dans le système trachéolaire soit celui qui fera face aux échanges gazeux.

Sans surprise, l'air limité à l'intérieur de l'animal diminuera à mesure que le dioxyde de carbone augmentera. À un certain moment, les stigmates commencent à s'ouvrir et à se fermer en continu, ce qui provoque la libération de CO2 de manière fluctuante. Ensuite, ils s'ouvriront complètement, permettant la sortie complète du dioxyde de carbone et récupérant l'oxygène.

Limitations de la respiration trachéale

La principale limitation de la respiration trachéale est donnée par la taille du corps de l'animal, ça doit être petit. En effet, le manque d'organes volumineux et puissants – tels que les poumons – ne permet pas l'absorption de grandes quantités d'oxygène.

Par conséquent, si des insectes ou d'autres animaux à respiration trachéale se développaient, ils ne pourraient pas obtenir tout l'air dont ils ont besoin pour vivre et pourraient éventuellement mourir. La seule façon de survivre serait de vivre dans des atmosphères où la quantité d'oxygène est plus élevée.

Adaptations de la respiration trachéale chez les insectes aquatiques

Chez les insectes terrestres, la respiration trachéale est assez simple. Mais, Qu'arrive-t-il aux êtres aquatiques qui utilisent ce mécanisme ? Ils ne peuvent pas laisser leurs stigmates s'ouvrir sous l'eau, car le liquide entrerait dans leur corps et dans de nombreux cas, ils mourraient.

La réponse réside dans les études d'experts, qui pointent du doigt les différentes structures qui permettent à certains invertébrés aquatiques d'échanger des gaz avec l'environnement. Ce sont les principaux.

Les stigmates fonctionnels

Ils sont présents dans le corps des larves de moustiques, par exemple. Ce sont des pores qui peuvent être ouverts ou fermés, selon le besoin. Dans cet exemple précis, les larves ramènent la dernière partie de leur abdomen à la surface, ouvrent les pores de cette zone, obtiennent de l'oxygène et s'immergent à nouveau.

Branchies trachéales

Ils gardent une similitude dans leur fonctionnement en ce qui concerne les branchies du poisson. L'eau pénètre dans les branchies trachéales, mais seul l'oxygène qu'elle contient est ce qui continue son chemin vers le système trachéal et de là vers les cellules. Sur le plan physique, ces branchies sont généralement situées à l'arrière de l'abdomen de l'animal.

Ouïe à bulles

Au sein de la respiration trachéale chez les insectes aquatiques, on trouve également les branchies à bulles. Dans cette possibilité, 2 types peuvent être différenciés :

  • Incompressible ou plastron : l'animal remonte à la surface et obtient une bulle d'air qui fera office de trachée, lui permettant de puiser l'oxygène de l'eau grâce à elle. Une telle bulle peut être illimitée, puisqu'elle reste constamment de la même taille.
  • Compressible: Dans ce cas, la bulle que l'animal attrape à la surface va diminuer de taille s'il va très profondément ou s'il nage trop, ce qui signifie qu'il va remonter à la surface pour obtenir une nouvelle bulle.

Dans la variante incompressible, l'animal a des millions de poils hydrophobes dans une zone très précise et petite de son corps, dans lequel cette bulle sera enfermée. Il n'en va pas de même avec les branchies à bulles compressibles.

Exemples de respiration trachéale chez les animaux

Certains des animaux qui utilisent la respiration trachéale pour survivre sont :

  • Arachnides : les tiques, les scorpions, les araignées ou les acariens en sont des exemples. Ils peuvent avoir des trachées et/ou filotrachées.
  • Insectes: Ces animaux invertébrés communs, tels que les fourmis, les coléoptères, les abeilles ou les guêpes, qui ont 6 pattes et peuvent vivre dans les écosystèmes terrestres et aquatiques utilisent également la respiration trachéale.
  • Myriapodes : semblable aux insectes mais avec beaucoup plus de pattes. Les exemples sont les symphyles, les pauropodes, les mille-pattes ou les mille-pattes.
  • Onychophores : connus sous le nom de vers veloutés, ils ont de nombreuses paires de pattes, ainsi que des griffes, et sont de forme allongée.

Comme vous l'avez peut-être vu, la respiration trachéale est la preuve évolutive que même les êtres vivants les plus «apparemment simples» portent des systèmes très complexes. Grâce à elle, de nombreux invertébrés sont capables de transporter l'oxygène vers leurs cellules et de survivre.

Cela pourrait vous intéresser…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here