En 2018, une sanction prononcée par la Cour supérieure de justice de Castille-La Manche a relancé les discussions sur la protection des abus d'animaux sauvages en Espagne. Dans le cas susmentionné, une entreprise d'électricité a été sanctionnée à près de 150 000 euros; et ceci après qu'un aigle impérial ait été électrocuté sur son aile à côté d'un support électrique.

La décision du tribunal de Castilla-La Mancha Il a été considéré comme une condamnation historique en Espagne en matière de protection de la faune. Principalement parce que la plupart des quelques sanctions spécifiques prononcées dans le pays ont été associées à des cas d'abus d'animaux domestiques.

Cependant, les animalistes conviennent que Les lois espagnoles sur la protection de la faune sont encore rares et inefficaces. Par conséquent, la faune indigène reste dans un état de grande vulnérabilité.

Mais après tout, la législation espagnole reconnaît-elle l’abus d’animaux sauvages?

Comme nous l'avons mentionné dans les articles précédents, L'Espagne n'a pas de loi-cadre nationale sur le bien-être animal et les abus. Chaque communauté autonome a la possibilité d’établir, par ses ordonnances, un règlement visant à lutter contre les abus d’animaux sauvages et domestiques, ainsi que de définir les sanctions les plus appropriées pour chaque cas.

Si nous revenons à l'exemple de l'introduction, nous constatons que Castilla-La Mancha traite de la protection de la faune dans deux domaines: administratif et pénal. À l'article 108, la loi de conservation de la nature de Castilla-La Mancha (loi 9/1999) définit comme une infraction très grave:

"La destruction, la mort, la détérioration, la collecte, la capture, la possession, le transport, le commerce et l'exposition à des fins commerciales ou de naturalisation non autorisée d'animaux ou de plantes classées en voie de disparition ou sensibles à la modification de leur habitat"

Achat et vente d'espèces exotiques

De même la maltraitance des animaux figure dans le code civil et dans le code pénal espagnol, bien que ses textes comportent des limitations évidentes, comme nous le verrons plus loin.

Violence envers les animaux dans le code civil espagnol

Après la dernière réforme de son article 337, le Code civil L’espagnol définit qu’ils peuvent être punis d’une peine de trois mois et d’un jour à un an de prison tous ceux qui:

«(…) Par quelque moyen ou procédure que ce soit, maltraitez injustement, causant des blessures qui portent gravement atteinte à votre santé ou vous exposez à l'exploitation sexuelle

a) un animal domestique ou apprivoisé,

b) un animal dont ils sont généralement domestiqués,

c) un animal qui vit de façon temporaire ou permanente sous le contrôle de l'homme, ou

d) tout animal qui ne vit pas dans la nature ».

Il n’est pas difficile d’observer que le code de la maltraitance animale dans le Code civil se limite aux animaux qui vivent de manière temporaire ou permanente dans un environnement domestique. Donc, son champ d'application n'offre pas une réelle protection de la faune du pays.

Mauvais traitements des animaux sauvages dans le code pénal espagnol

D'un autre côté, L'article 334.1 du code pénal espagnol traite spécifiquement des sanctions applicables à l'abus d'animaux sauvages. Son texte prévoit un emprisonnement de six mois à deux ans à quiconque:

«(…) Lois ou dispositions contraires de caractère général:

a) chasser, pêcher, acquérir, posséder ou détruire des espèces fauniques protégées;

b) le trafic avec eux, leurs parties ou leurs dérivés; ou

c) mener des activités qui empêchent ou entravent leur reproduction et leur migration ».

En outre, la réglementation espagnole stipule que les mêmes sanctions peuvent être appliquées à ceux qui altèrent ou détruisent sérieusement l'habitat faunique en Espagne. Il prévoit également la disqualification de l'exercice de la profession ou du droit de chasser et de pêcher pendant deux à quatre ans pour ceux qui commettent l'une de ces infractions.

  Chasse illégale d'animaux

Les limites de la protection actuelle des animaux sauvages en Espagne

Il est indéniable que l’Espagne a présenté des avancées juridiques importantes en matière de protection des animaux au cours des dernières décennies. Cependant, il suffit d'observer l'état de conservation de certaines espèces pour se rendre compte que la faune reste vulnérable En Espagne.

Pour vous donner une idée, juste en 2017 Environ 600 exemplaires du loup ibérique ont été retrouvés morts en Espagne. Toutes les principales causes de décès impliquent directement ou indirectement des actions humaines telles que l'intoxication, le débordement et la chasse sportive.

Il convient de rappeler que Le loup ibérique est l’une des espèces protégées par le Convention pour la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe. Bien qu'ils soient protégés en Espagne et au Portugal, les spécimens vivant au nord du Duero sont exemptés de cette protection. Leur chasse est donc autorisée dans cette région.

La situation complexe et contradictoire du loup ibérique est une démonstration claire de la limitations sévères de la législation espagnole en matière de protection des abus d'animaux sauvages. Cependant, nous pouvons tous faire notre part pour protéger la faune en signalant les cas d'abus d'animaux aux autorités compétentes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here