Aux yeux rouges, au plumage élégant et aux habitudes nocturnes, la martinet est l'un des hérons les plus marquants de notre faune.

Jack commun : habitat et caractéristiques

Dernière mise à jour: 13 juillet 2021

La martinete commune, au nom scientifique Nycticorax nycticorax, C'est un héron abondant et très bien réparti dans la majeure partie du monde. Malgré cela, il est plus difficile à observer que beaucoup de ses parents, en raison de ses curieuses habitudes nocturnes.

Ce bel oiseau est fortement associé aux zones humides, des écosystèmes d'une énorme valeur écologique qui sont constamment menacés par les actions humaines. Si vous souhaitez en savoir plus sur lui, ses caractéristiques, son comportement et les habitats qu'il occupe, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Habitat de la martinete commune

Comme c'est typique des hérons, N. nycticorax C'est un oiseau clairement lié aux milieux aquatiques. Il semble montrer une préférence pour les plans d'eau douce, bien qu'il puisse également être trouvé dans les eaux saumâtres ou salées.

Cet oiseau apparaît généralement dans tous les types de zones humides, pourvu qu'ils aient une végétation très développée. Les pilons ont surtout besoin de végétation arboricole sur les berges, mais aussi de végétation de marais. De cette façon, ils peuvent apparaître dans les rivières, les lacs, les étangs, les réservoirs, les rizières, les marais et les mangroves, entre autres.

Bien que moins fréquents, ces oiseaux peuvent également apparaître dans des milieux côtiers, des estuaires ou des prairies plus éloignées de l'eau, notamment en période migratoire.

Le marteau commun a une plage de distribution très large. Il apparaît sur tous les continents à l'exception de l'Océanie, bien que son aire d'alimentation soit fragmentée sur tout ce territoire. En Espagne, il vit dans les bassins du Tage, du Duero, du Guadiana, de l'Èbre, du Guadalquivir et d'autres grands fleuves. Il peut également être observé dans les zones humides côtières.

Certaines populations, en particulier dans l'hémisphère nord, sont migratrices. Au contraire, de nombreux centres de population du sud sont des résidents. La plupart des populations espagnoles sont en été, bien qu'il y ait quelques colonies résidentes.

Enfin, il faut noter que son aire de répartition est divisée entre 4 sous-espèces différentes, appelées N. nycticorax falklandicus, N. n. nycticorax, N. n. obscurus Oui N. n. hoactli.

Caractéristiques physiques

La martinete commune est un héron de taille moyenne. Sa longueur est comprise entre 58 et 65 centimètres, tandis que l'envergure des ailes varie généralement entre 90 et 100 centimètres. Il se distingue par son teint rebondi que celui des autres ardeidos.

Cet oiseau garde généralement son cou replié, il peut donc donner l'impression qu'il n'en a pas. Bien qu'il soit capable de l'étirer de manière surprenante, son cou est toujours plus court et plus large que celui d'autres espèces apparentées. De plus, le bec et les pattes du pilon sont courts et épais.

La coloration des adultes est solide, élégante et frappante. La partie supérieure de la tête, le bec et le dos sont noirs, tandis que les ailes sont grises. Le visage, le cou et la partie ventrale du corps sont blancs. Les yeux sont d'un rouge profond et profond. De plus, les individus reproducteurs portent de longues plumes blanches sur la nuque.

En revanche, les juvéniles sont moins attractifs. Ils apparaissent avec des tons bruns et striés de blanc, avec des taches claires et larges sur les ailes. Le bec et les pattes sont jaunâtres, tandis que les yeux sont orange.

En vol, le corps de l'hirondelle commune apparaît robuste et compact, avec une queue courte et des pattes courtes, et des ailes assez larges et longues. Le bec reste toujours légèrement incliné vers le bas.

Alimentation du bélier commun

Le régime alimentaire de cet animal est opportuniste et s'adapte aux conditions de l'environnement. Les fouisseurs se perchent au bord de l'eau ou sur la végétation, des endroits où ils attendent patiemment l'apparition d'une proie. Une fois repérée, ils l'attrapent d'un coup rapide dans la nuque.

Avec cette stratégie, ces hérons se nourrissent de vervérats et d'invertébrés de toutes sortes. Ses victimes courantes sont les poissons, les amphibiens, les lézards, les tortues, les serpents et les mammifères. Ils mangent également des poulets et des œufs d'autres oiseaux, ainsi que des crustacés, des insectes et d'autres invertébrés.

Comportement et reproduction

Cette espèce est nocturne, mais pas strictement. Il peut être actif aussi au crépuscule et au lever du soleil. Parfois, il se nourrit pendant la journée, surtout pendant la saison de reproduction, bien qu'il reste généralement caché dans les arbres, où il dort.

Les martinètes se reproduisent en grandes colonies pendant la saison de reproduction, qu'elles peuvent partager avec d'autres espèces similaires. Parmi eux se trouvent des hérons cendrés, des aigrettes garzettes, des garde-boeufs et des landes. Le reste de l'année, certaines populations conservent leurs habitudes grégaires, tandis que d'autres restent solitaires.

En tant que nid, ces ardeidos construisent une grande plate-forme rudimentaire de bâtons, de branches et de végétation. Ils les placent entre 2 et 50 mètres au-dessus de l'eau, dans la végétation riveraine. Les mâles fournissent le matériel, mais ce sont les femelles qui construisent le nid.

État de conservation

Heureusement, cet oiseau semble être dans un état de conservation favorable. Bien que leur nombre diminue lentement, la martinete a encore une population énorme aujourd'hui.

Globalement, on estime qu'il y a entre 570 000 et 3 730 000 individus. En Europe, le nombre s'élève à 60 000-86 100 couples, tandis que l'Espagne compte 2 170-4430 couples. Il est à noter que ces chiffres fluctuent beaucoup selon les années.

De plus, la gamme de distribution de N. nycticorax elle est immense, ce qui apporte toujours un degré supplémentaire de sécurité à la conservation de l'espèce. Par conséquent, cet animal est classé comme « Préoccupation mineure » par le Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Malgré cela, il existe des menaces qui nuisent au batteur de pieux. La sécheresse, la destruction et l'altération des zones humides, la contamination par les pesticides et certaines maladies sont des facteurs à considérer. La persécution humaine dans des endroits dépendants de l'aquaculture est une autre de ses menaces les plus importantes.

La martinete est un oiseau discret mais représentatif des zones humides du monde entier. Avec un peu de patience – et à mesure qu'il fait nuit – il est possible de profiter de leur présence, toujours à une distance convenable et sans causer de gêne.

Cela pourrait vous intéresser…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here