Le comportement du poisson-clown est l'un des plus curieux du milieu marin. Depuis qu'il est devenu célèbre dans le monde du cinéma, il est important de connaître sa vraie nature.

Comportement du poisson-clown

Dernière mise à jour: 16 juillet 2021

Connu pour sa relation mutualiste avec les anémones, le comportement du poisson-clown a suscité beaucoup d'intérêt parmi les scientifiques. En plus d'être immunisé contre son venin, il est intéressant de comprendre comment ce poisson a organisé sa vie autour de ces polypes.

Son saut à l'écran de cinéma dans le film Cherchant Nemo Ce fut un signal d'alarme concernant sa conservation et sa biologie, mais il est important de ne pas confondre les œuvres de fiction avec la réalité. Dans cet article, vous pouvez en apprendre davantage sur la vraie nature du poisson-clown.

Caractéristiques du poisson clown

Les poissons-clowns sont un groupe diversifié au sein de la classe Actinoptérygiens et la famille Pomacentridae. Classé dans la sous-famille Amphiprioninae, environ 30 espèces sont connues réparties en deux genres : Premnas Oui Amphiprion. Son habitat est situé dans les récifs coralliens des eaux tropicales de l'océan Indien et du Pacifique. Ils vivent généralement dans un rayon de 1 à 15 mètres de profondeur.

Compte tenu de sa relation avec les anémones, le poisson clown a un mécanisme de défense contre son venin, Constitué d'une membrane muqueuse qui le protège du nématocyste des tentacules du polype. À son tour, l'anémone profite de ce poisson en consommant les restes de sa nourriture et en nettoyant ses tentacules avec le mouvement qu'elle génère lorsqu'elle entre et sort de son abri.

Comportement du poisson-clown

C'est un poisson diurne qui se repose la nuit dans son refuge. Il ne présente pas de pics d'activité durant la journée, mais les poissons clowns continuent de se déplacer tant qu'il y a de la lumière et qu'ils cherchent de la nourriture à proximité de leurs hôtes.

Les poissons-clowns sont capables de distinguer les anémones et de choisir celle qui convient le mieux à leur confort en termes de profondeur, de température de l'eau et d'apport lumineux.

Les anémones qui attrapent leurs proies ne se referment pas sur le poisson-clown. Il est fort possible que ce soit parce que les poissons nagent d'une manière que les anémones reconnaissent. En effet, les jeunes spécimens n'ayant pas encore développé la membrane protectrice peuvent pénétrer dans les anémones sans être mordus.

Comportement du poisson-clown dans les groupes sociaux

Les poissons-clowns établissent des groupes stables et durables dès le tout début de leur développement. Ils sont généralement composés d'une femelle et d'un mâle ainsi que de juvéniles non reproducteurs, qui peuvent très bien n'avoir aucun lien de parenté. La hiérarchie est matriarcale et s'organise en fonction de la taille des poissons.

Les femelles dominantes maintiennent leur position par des comportements agonistiques, comme la préférence dans l'alimentation ou les agressions. Malgré cela, il est rare qu'un juvénile gamma – dans une strate hiérarchique inférieure – essaie de déplacer le couple reproducteur, car ses membres sont plus gros et plus agressifs que les autres.

Jusqu'à ce qu'un membre de la paire dominante meure ou quitte le système, le reste ne pourra pas gravir les échelons et se reproduire.

La taille des groupes de poissons-clowns est liée à la taille de l'anémone qui leur sert d'hôte. Pour cette raison, les poissons qui recherchent un groupe évitent les anémones vides.

Territorialité du poisson-clown

Une fois qu'un groupe de poissons-clowns a élu domicile dans une anémone, ils la défendent vigoureusement et ne s'éloignent généralement pas de plus de 12 pouces. Les mâles et les femelles gardent le territoire, mais lorsqu'il s'agit de tenir tête aux autres poissons-clowns, ils sont plus agressifs envers ceux du même sexe.

Comportement reproducteur du poisson-clown

Les mâles sont chargés de choisir un endroit approprié au sein de l'anémone de mer pour pondre quelques jours avant le frai. Pendant cette période, le couple passera un temps considérable à nettoyer le site. Les poissons-clowns peuvent pondre de 300 à 1000 œufs à des intervalles de 15 jours.

La femelle et le mâle s'occupent tous deux des œufs jusqu'à leur éclosion, mais la femelle s'implique progressivement.

Le comportement du poisson-clown pendant cette période consiste à éventer les œufs avec ses nageoires pectorales et à nettoyer le nid de la saleté et des œufs morts avec sa bouche. Si le mâle est retiré avant la naissance des jeunes, d'autres adultes reproducteurs non apparentés peuvent s'occuper de.

La parade nuptiale du poisson-clown

Les poissons-clowns se reproduisent généralement lorsque la température de l'eau augmente, généralement en été. La parade nuptiale commence lorsqu'un couple s'établit sur une anémone et commence à la nettoyer pour pondre des œufs. On peut aussi les voir nager activement entre ses tentacules.

Ce comportement est considéré comme une démonstration des capacités de défense du territoire et d'entretien du nid. Si le couple est accepté, la femelle pondra pendant la nuit et le mâle fécondera les œufs.

Changement de sexe

C'est l'autre caractéristique la plus célèbre du poisson-clown. Ces poissons ont des gonades ambisexuel, capable de se différencier sous certaines pressions environnementales, telles que le type d'habitat, la disponibilité d'anémones hôtes, la densité de population et l'absence d'adultes reproducteurs.

Si la femelle dominante meurt ou est retirée de son écosystème, le mâle reproducteur changera de sexe et deviendra une femelle. Son poste sera occupé par l'un des jeunes ambisexuels, qui deviendra un mâle dominant.

Comportement alimentaire

Les poissons-clowns sont des omnivores opportunistes, car leur régime alimentaire va du zooplancton et des algues aux tentacules hôtes des anémones. Les plus gros individus s'aventurent le plus à l'extérieur de l'anémone à la recherche de nourriture, ainsi ils trouvent plus de nourriture que les petits.

Les jeunes, en revanche, sont plus réservés lorsqu'il s'agit de sortir, de sorte qu'ils reçoivent moins de nourriture, mais ils sont plus en sécurité. Le comportement du poisson-clown à cet égard vise à maintenir la hiérarchie en même temps que la sécurité, puisque ce sont les plus grands qui défendent le territoire.

Une responsabilité commune

Bien que l'être humain ne consomme pas la viande du poisson-clown en raison de sa petite taille, il a été extrait de son environnement pour le mettre dans un aquarium. Sa popularité croissante a déclenché des alarmes lorsque de nombreuses familles ont capturé un petit "Nemo" à garder à la maison, endommageant ainsi les récifs.

Face à ce phénomène, les collectivités locales ont restreint le nombre de poissons clowns pouvant être extraits de l'environnement. Cependant, tant que l'idée qu'une personne a le droit de retirer un poisson de sa maison demeure, de nombreux animaux devront se battre pour maintenir un nombre d'individus qui ne les précipite pas vers l'extinction.

Cela pourrait vous intéresser…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here