Traditionnellement les animaux de compagnie ont été traités comme de simples choses dans les lois espagnoles. Bien que des progrès significatifs aient été accomplis dans la prévention et la répression de la maltraitance des animaux, le code civil espagnol a maintenu le statut juridique des animaux de compagnie, qui peuvent être distribués, saisis et même hypothéqués.

Les contrats de propriété d’animaux sont l’un des exemples les plus évidents de ce traitement juridique similaire aux produits. Permis que les animaux sont des objets d'une propriété partagée entre plusieurs personnes; les propriétaires deviendraient titulaires d'un certain montant de frais sur leur propriété.

Cependant, depuis 2017, une réforme du code civil a été approuvée dans le but de «corriger» ce statut juridique et, par conséquent, reconnaissent les animaux domestiques comme des êtres dotés de sensibilité.

Ensuite, nous parlerons précisément de ces changements nécessaires dans la législation espagnole pour rendre justice à la nature même des animaux de compagnie, qui possèdent un système nerveux et cognitif complexe.

Animaux domestiques comme les biens mobiliers muebles »: considérations et limites de ce statut juridique

Depuis de nombreuses années, plusieurs organisations luttent pour le bien-être des animaux, telles que la Fondation Affinity et l'Observatoire de la justice et de la défense animale.

Ces entités sont organisées pour exiger des politiques publiques plus efficaces dans la lutte contre la maltraitance des animaux et la surpopulation des rues. Ils font également de même pour exiger une mise à jour concernant le traitement juridique accordé aux animaux.

Lois de protection des animaux

Ce changement de statut juridique ne consiste pas simplement à devenir plus empathique vis-à-vis des émotions et de la souffrance vécues par les animaux domestiques. Son principal intérêt est que des progrès juridiques soient accomplis dans la reconnaissance du fait que Les animaux peuvent posséder certains droits qui leur sont propres.

Bien entendu, les animaux de compagnie étaient des "biens meubles", légalement comparables aux véhicules, ils seraient privés de toute faculté cognitive ou émotionnelle, telle que la capacité de se sentir. Après tout, les choses et les objets ne ressentent pas la douleur, encore moins leurs propres émotions.

Dans ce scénario, la sensibilité et le bien-être d'un animal seraient difficilement pris en compte au moment de la condamnation judiciaire, en particulier si cela implique une violation de la liberté de chacun d'utiliser ou d'utiliser ses biens.

Comme nous le voyons, le droit de propriété reconnu par les êtres humains l’emportera toujours, et non un droit non reconnu des animaux à leur intégrité physique et émotionnelle.

Ce n'est qu'en modifiant le statut juridique donné aux animaux de compagnie que cela serait possible commencer à reconnaître légalement qu'ils sont des êtres dotés de sensibilitéet que leur bien-être devrait également être pris en compte dans les politiques publiques et les actions en justice les impliquant.

La réforme du code civil et le nouveau statut juridique des animaux de compagnie

En 2017, le groupe parlementaire populaire a présenté la proposition de loi sur le régime juridique des animaux, portant modification du code civil, de la loi hypothécaire et de la loi de procédure civile. L'objectif central était créer un statut judiciaire spécial pour les animaux domestiques; On reconnaîtrait qu'ils sont doués de sensibilité et ne peuvent être assimilés à des biens.

Protection légale des animaux de compagnie

En ce qui concerne le code civil en particulier, la proposition proposait de modifier sensiblement le texte de l'article 333.1; et il a été déterminé que toutes les choses pouvant être possédées par un être humain étaient considérées comme des biens meubles ou immeubles. Apparemment, le nouveau texte déterminerait ce qui suit:

«Les animaux sont des êtres vivants dotés de sensibilité. Seul le régime juridique des produits sera applicable dans la mesure où il est compatible avec sa nature et avec les dispositions destinées à sa protection.

Concernant la garde

Aussi les articles traitant de la garde des animaux en cas de séparation ou de divorce seraient modifiés. Par exemple, il est proposé que l’article 90 du Code civil incorpore une lettre c au texte actuel, qui déterminerait ce qui suit:

"C) Le cas échéant, le sort des animaux de compagnie, en tenant compte de l'intérêt des membres de la famille et du bien-être de l'animal, et en précisant, le cas échéant, la répartition des heures de plaisir."

En outre, un nouvel article 94 bis serait ajouté, qui prévoit que le les autorités judiciaires peuvent confier la possession légale d'un animal de compagnie à l'un des conjoints ou aux deux, en fonction de leurs intérêts et de l’intégrité de l’animal.

Toute cette évolution viendrait à établir un cadre et une base légale pour les juges dans ces peines, qui n'existaient pas jusqu'à présent.

De même, il convient de noter que, du moins dans le texte provisoire, aucun paramètre spécifique pour le bien-être animal n'est détaillé. Cela pourrait continuer à laisser des marges pour une interprétation subjective lors de la détermination de la garde des animaux de compagnie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here